Des compagnies bavaroises au cœur du succès d’avions canadiens

Des compagnies bavaroises au cœur du succès d’avions canadiens

L’un des avions les plus technologiquement avancés et les moins polluants de l’histoire de l’aviation moderne a été développé par le géant québécois Bombardier : la C-Series – propriété, depuis 2017, de Airbus et connue désormais sous le nom A-220 – est reconnue dans l’industrie comme un point tournant en termes de contrôle du bruit, consommation de carburant et confort passager.

Pour arriver à ce succès d’ingénierie et de recherche, Bombardier puis Airbus ont pu compter sur l’expertise et le savoir-faire accumulés sur des décennies de plusieurs entreprises bavaroises. Depuis 2011, IABG d’une part gère les tests de résistance matériaux du A-220 dans une de leurs installations allemandes – en mettant l’emphase sur la résistance mécanique des structures métalliques du fuselage – une composante essentielle de la certification officielle de l’appareil. D’autre part, Liebherr Aerospace fournit les trains d’atterrissage de l’aéronef, qui sont assemblés et testés à leur usine de Laval (Québec) ; à noter qu’ils sont également responsables de la logistique étendue de toute cette partie de la fabrication.

Parallèlement, le développement du Global 7000 et Global 8000, la nouvelle génération d’avions privés bi-réacteurs, présente également une facette bavaroise : Liebherr Aerospace a été nommé en 2011 responsable des systèmes d’échange d’air, continuant ainsi une longue tradition de collaboration entamée en 1993 en tant que fournisseur pour le Global Express à l’époque. Apparatebau Gauting, de leur côté, se chargent des systèmes d’eau et de gestion des eaux usées, une expertise qu’ils ont bâtie au fil des décennies pour des avions petits et grands, de passagers et de marchandises.

Lors de ses annonces publiques, Bombardier a insisté sur leur recherche de « fournisseurs de haute qualité (…) afin d’assurer la flexibilité nécessaire à l’incorporation d’innovations dans le futur. »